1993 – 2018. Plongée dans les collections du Musée

Première exposition en 1992, une année après l’inauguration du Musée, dernière exposition en 2018 (engagement comme conservateur en 1993). Patrick Rudaz est aujourd’hui le commissaire de cette plongée dans la vie du Musée. Très vite, le besoin d’organiser une recherche autour de la compréhension identitaire régionale et le passage d’une économie alpestre (activité autarcique) à une économie de services s’est imposé. L’histoire locale avec la paille, les alpages, la chasse, la vie du quotidien, etc. La compréhension d’un territoire par la peinture, la gravure et la photographie tient aussi une place prépondérante. L’art appliqué (artisanat, sculpture, photographie) s’est révélé comme thème central avec trois matières privilégiées : bois, terre, papier. Dépliant pdf
Du 18 mars 2018
au 10 juin 2018

Fondée en 1993, la Triennale internationale du papier – avec sa présidente du jury Viviane Fontaine –  est rapidement devenu l’élément phare de l’institution. Combien de fois le Musée de Charmey n’a-t-il pas été rebaptisé musée du papier ? En neuf éditions (2017), le succès artistique et public ne s’est jamais démenti. Plus de 500 artistes de cinq continents ont été présentés : la fréquentation n’a cessé d’augmenter. La Triennale est devenue la ponctuation du Musée, sa respiration, sa poésie et sa magie aussi.

On se souviendra d’expositions qui ont marqué le Musée de Charmey : La Valsainte rayonnement monastique (1993) qui lui vaut sa salle permanente ; Paul Yerly, peintre de poya en 2010 ainsi que les séries consacrées aux instruments de musique, à la vache, au bois. Sans oublier l’exposition sur les découvertes archéologiques en Gruyère en 2009 : un campement de chasseurs-cueilleurs au mésolithique avait été reconstitué. De nombreux projets d’artistes ont vu le jour au Musée de Charmey : les culottes d’Heidi Zelewsky, les embryons de Guy Oberson, le bois de Mireille Fulpius, les images de Massimo Baroncelli, etc

Des objets très peu montrés ainsi qu’une pièce inédite sont présentés. Au milieu des années 1990, un bâtiment a été démoli dans le hameau de La Tzintre : il possédait un fronton original et patriotique. Il a été récupéré et est exposé au Musée de Charmey pour la première fois.

Quatre artistes ont également été invités à ponctuer l’exposition de leurs œuvres récentes ; Flaviano Salzani, Guerino Paltenghi, Christian Dupré et Viviane Fontaine.