Histoire et collection

Édifice

Le Musée de Charmey est logé dans l’ancienne Platzhaus de Jaun démontée en 1982. Construite au 17ème siècle, cette bâtisse est l’unique rescapée de l’incendie de 1711 embrasant le village de Jaun. En 1986, la commune de Charmey décide de se doter d’un musée pour mettre en avant le patrimoine régional. D’instinct, le choix se porte sur cette construction typique, conservée depuis son démantèlement par un syndic, menuisier de métier.

Collection

La collection du Musée de Charmey a été constituée grâce aux dons de particuliers et d’artistes ainsi que par des acquisitions. Elle est continuellement enrichie au fil des expositions, à la suite desquelles les artistes font parfois don de certaines œuvres.

 

À ce jour, le musée conserve des objets se rattachant à la région et à l’économie alpestre, une collection « souvenir d’expositions », une collection d’œuvres papier issue des Triennales ainsi qu’un dépôt d’objets provenant du château de la Corbettaz. La collection est également complétée par deux fonds photographiques ainsi qu’un fonds pictural: le Fonds de la Chesnais, le Fonds Charmey 1895 et le Fonds Buchs.

Fonds de la Chesnais

Le Fonds de la Chesnais a été remis au musée par Patrick Houitte de la Chesnais en 2005. Il est constitué d’un ensemble de 282 photographies prises entre 1888 et 1917, par son ancêtre, Edmond-Marie Houitte de la Chesnais, un aristocrate français, photographe amateur et important détenteur foncier en Gruyères. Ces clichés capturent divers lieux familiers au photographe. Seuls 44% du fonds illustre la Gruyère. Un cahier de bail à ferme complète également ce fonds.

Fonds Charmey 1895

Le Fonds Charmey 1895 est une collection de 45 photographies prises par un photographe amateur. Son identité est encore aujourd’hui ignorée. Ces clichés illustrent le séjour du photographe dans les vallées de la Jogne et du Javro. Cette acquisition a été faite grâce à Gérard Bourgarel ainsi que la commune de Charmey.

Fonds Buchs

Le Fonds Buchs rassemble un ensemble de toiles des frères Raymond et Joseph Buchs. C’est en 2014 que la famille de ces derniers a fait don au musée de ces 45 peintures. Cette donation a permis de découvrir le savoir-faire du frère cadet, Joseph Buchs (1880-1962) qui était alors inconnu, au contraire de son ainé, Raymond Buchs (1878-1958) peintre paysagiste au talent notoire. 13 huiles sur toiles ou bois ont été peintes par ce dernier et 32 tableaux dont 23 en recto verso ont été réalisés par Joseph Buchs.